Oscar Murillo

We Don’t Work Sundays
May 23 - July 18, 2014
Paris
Selected Works
<i>I (meter Sq.)</i>, 2013/14 Image
I (meter Sq.), 2013/14
<i>II (meter Sq.)</i>, 2013/14 Image
II (meter Sq.), 2013/14
<i>Workshop</i>, 2014 Image
Workshop, 2014
<i>The Pink Panther Villa, Beverly Hills</i>, 2014 Image
The Pink Panther Villa, Beverly Hills, 2014
<i>The Pink Panther Villa, Beverly Hills</i>, 2014 Image
The Pink Panther Villa, Beverly Hills, 2014
<i>Fragments I</i>, 2014 Image
Fragments I, 2014
<i>400km north of the equator</i>, 2013 Image
400km north of the equator, 2013
<i>Work demographics</i>, 2014 Image
Work demographics, 2014
<i>Carlos / Ishikawa’s members club</i>, 2014 Image
Carlos / Ishikawa’s members club, 2014
<i>Poker</i>, 2014 Image
Poker, 2014
<i>1 ½ + (lessons in aesthetics & productivity)</i>, 2014 Image
1 ½ + (lessons in aesthetics & productivity), 2014
<i>Manifesting moments one to the other</i>, 2014 Image
Manifesting moments one to the other, 2014
<i>I don’t work Sundays</i>, 2014 Image
I don’t work Sundays, 2014
<i>Fragments II</i>, 2014 Image
Fragments II, 2014

Marian Goodman Gallery Paris is pleased to present Oscar Murillo’s first solo exhibition in France. We Don’t Work Sundays is the third of the Colombian-born British artist’s trilogy of recent exhibitions, at the South London Gallery and The Mistake Room in Los Angeles, dwelling on the aesthetics of shared labour. This exhibition incorporates the full spectrum of his practice, including new paintings, drawings on paper, sculptures and video projections.

Shaped by Murillo’s interest in the meanings behind object-making outside of artistic production, much of this exhibition is derived from what some working-class Colombians create in anticipation of their leisure activities. And, as with his previous projects, Murillo has engineered collaborations between incongruous groups, leading to works that counter the social hierarchies and cultural displacement he’s experienced.

“My life itself has been about labour and physicality, and manipulating materials in a physical way. Those experiences definitely inform my relationship to [art].…Regardless of the idea of segregated societies, via economic status or social class, we are segregated individuals by default. I think a lot about this and how art fits into it…Any opportunity of artistic achievement comes with an opportunity to infiltrate a social class that is closely linked to art–art making, art appreciating, etc. I personally entered foreign territory with these opportunities. Since then I’ve wanted other individuals to be part of this experience…”
Oscar Murillo interviewed by Cesar Garcia, in L’Officiel Art, March 2014.

The premise for We Don’t Work Sundays lay in Murillo’s conversation with a group of Afro-Colombian amateur musicians who’d created their own basic instruments: his principal interest being that they were objects made for an entirely recreational and social, not financially motivated purpose. This encounter led to him musing on what people of all cultures make and do in preparation for life outside of employment: the labour they invest in not-working.

Each year, the western Colombian city of Cali – known colloquially as the ‘Capital de la Salsa’ – hosts the Feria de Cali, a festival of carnival parades, athletic and equine events, and a salsa marathon, engendering ethnic and cultural diversity in the region. Residents spend months creating costumes and rehearsing dances in preparation for the week’s events. For this exhibition, Murillo collaborated with fashion students from l’Ecole Duperré (Ecole supérieure des arts appliqués Paris), first showing them his video of the amateur musicians, then inviting them to revisit Feria de Cali costumes through their own haute couture experience.

Prior to the exhibition’s opening, he filmed ballerinas wearing the fashion students’ costumes and practising salsa moves. He recorded them trying to set their classical training aside to embrace a dance form that is in many ways antithetical to all they’ve been taught, and the ensuing video, others shot in Columbia and the students’ garments will all inhabit the basement gallery.

Murillo continues this inter-cultural stratifying elsewhere. He shot images of generic, faux-antique ‘Far Eastern’ objects from an event he’d instigated in Berlin and sent these, along with photographs of his food-packaging works from the South London Gallery show, to Dafen Village, China. He commissioned master draftsmen there to make verbatim copies of them as drawings. These will be hung among his paintings and sculptures on the ground floor, augmenting Murillo’s distillation of ostensibly disparate cultures, art forms and traditions throughout this exhibition.

Oscar Murillo was born in La Paila, Colombia in 1986 before moving to London with his family aged 10. He graduated from Westminster University, obtained an MFA from the Royal College of Art, and currently lives and works in London.

In 2012 he organised the event The Cleaner’s Late Summer Party with Comme des Garçons at the Serpentine Gallery to which he invited people from the art world and members of London’s Colombian community. The same year Murillo was invited by the Rubell Family Collection in Miami to create a series of paintings entitled Work. Murillo has taken part in various international group exhibitions, the most recent of which was the first International Biennial of Contemporary Art of Cartagena de Indias, Colombia, 2014.

The artist would like to thank the students of Ecole Duperré for their collaboration: Robin Abrial, Chloé Adelheim, Valoris Bertin, Pauline Bonnet, Camille Bovin, Pauline Comte, Thomas Friedlander, Clément Garcia, Coline Gauthier, Valentine Genelot, Samantha Gil, Kelly Godeau, Anaïs Guinchard, Emma Gschwindt, Mathilde Hostein, Julie Lemaréchal, Kim Manto, Geoffroy Nicolaï, Samuel Nicolle, Fanny Noël, Ninon Parlouer, Alexandre Paysan, Bérenger Pelc, Julien Peraldi, Lisa Piazzoli, Claire Pontié, Capucine Raoul, Yann Roussel, Fanny Terno, Lola Verstrepen, Jun Zheng Zhao.
-------------------------

La Galerie Marian Goodman a le plaisir de présenter la première exposition personnelle en France de l’artiste britannique d’origine colombienne Oscar Murillo. We Don’t Work Sundaysest le troisième volet d’une trilogie d’expositions récentes à la South London Gallery (Londres) et à la Mistake Room (Los Angeles). Consacrée à l’esthétique de la répartition du travail, l’exposition témoigne de l’étendue de sa pratique, avec la présentation de peintures, sculptures, dessins et projections vidéo.

Fondée sur l’intérêt de l’artiste pour les questions afférentes à la fabrication d’objets en dehors de la production artistique, une part essentielle de l’exposition porte sur ce qu’une certaine classe ouvrière colombienne crée en vue de ses moments de loisirs. Comme dans ses précédents projets, Oscar Murillo a orchestré plusieurs collaborations entre groupes d’horizon divers, aboutissant à des œuvres défiant la hiérarchie des classes et les décalage culturels qu’il a lui même vécus.

« Toute ma vie a été faite de labeur, d’efforts physiques, de manipulation physique de matériaux. Ces expériences ont profondément marqué mon rapport à la peinture.(...) Sans même parler de sociétés divisées au travers du statut économique ou de la classe sociale, nous sommes des individus divisés par défaut. Je réfléchis énormément à ce sujet et à la façon dont l’art peut intervenirdans cette réalité.(...) Toute opportunité de réalisation artistique s’accompagne de l’opportunité d’infiltrer une classe sociale qui est étroitement liée à l’art - à la production de l’art, à l’appréciation de l’art etc. Pour ma part, ces opportunités m’ont fait pénétrer dans un territoire totalement étranger. Depuis lors j’ai envie que d’autres individus partagent cette expérience ...» Oscar Murillo dans une interview de Cesar Garcia, in L’Officiel Art, mars 2014.

L’idée de We Don’t Work Sundays est née lorsque Murillo a rencontré un groupe de musiciens amateurs afro-colombiens qui avaient fabriqué eux-mêmes, de façon rudimentaire, leurs instruments. Ce qui a intéressé Oscar Murillo ce sont ces objets fabriqués dans une perspective sociale et récréative sans aucune motivation lucrative. Cette rencontre l’a conduit à s’interroger sur la façon dont des groupes issus de cultures différentes utilisent leur temps libre, ce qu’ils produisent en dehors de leur travail.

Chaque année en Colombie, la ville de Cali (communément connue comme la capitale de la salsa) accueille la Feria de Cali : un carnaval avec ses défilés de rues, ses compétitions sportives et équestres, son marathon de salsa etc. En vue des festivités, les habitants de la ville passent des mois à concevoir eux-mêmes leurs costumes et répéter leurs chorégraphies. Pour l’exposition Oscar Murillo a collaboré avec des étudiants de l’Ecole Duperré à Paris (Ecole supérieure des arts appliqués) et après leur avoir montré une vidéo des musiciens amateurs, les a invités à revisiter et recréer les tenues de carnaval en utilisant leur savoir-faire de haute-couture.

Quelques jours avant le début de l’exposition, Murilloa filmé à la galerie deux danseuses de formation classique s’exerçant à danser la salsa et portant les tenues confectionnées par les étudiants en mode. Il a enregistré ainsi ce moment où elles tentent de mettre de côté leur pratique classique pour s’immerger dans une forme de danse qui, à bien des égards, est antithétique avec tout ce qui leur a été enseigné. La vidéo qui en résulte, ainsi que trois autres vidéos tournées en Colombie et les tenues conçues par les étudiants, sont montrées au sous-sol de la galerie.

Oscar Murillo poursuit cette stratification interculturelle avec un autre projet. Il a envoyé aux artistes du village de Dafen en Chine des photographies de fausses antiquités extrême-orientales (en lien avec un événement qu’il avait organisé à Berlin) mais aussi des photographies d’un travail exposé à la South London Gallery sur des emballages de produits alimentaires du monde entier, en leur demandant de les dessiner à l’identique. L’installation qui en résulte présentée au rez-de-chaussée de la galerie constitue une autre démonstration de l’art de Murillo de distiller les cultures, les formes artistiques et traditions ostensiblement disparates.

Oscar Murillo est né à la Paila en Colombie en 1986. Depuis l’âge de 10 ans, il vit à Londres où il travaille aujourd’hui. En 2007, il a obtenu un BFA à l’Université de Westminster à Londres puis un MFA au Royal College of Art. En 2012, il est à l’initiative de l’événement The Cleaner’s Late Summer Party With Comme des Garçons présentée à la Serpentine Gallery dans lequel il a réuni des personnalités du monde de l’art et des membres de la communauté colombienne de Londres. La même année, il était invité en résidence à Miami par la Rubell Family Collection, pour réaliser une série d’œuvres intitulées Work. Murillo a également participé à de nombreuses expositions internationales et récemment à la 1ère Biennale des arts de Carthagène des Indes en Colombie.

L’artiste remercie les étudiants de L’Ecole Duperré pour leur collaboration:: Robin Abrial, Chloé Adelheim, Valoris Bertin, Pauline Bonnet, Camille Bovin, Pauline Comte, Thomas Friedlander, Clément Garcia, Coline Gauthier, Valentine Genelot, Samantha Gil, Kelly Godeau, Anaïs Guinchard, Emma Gschwindt, Mathilde Hostein, Julie Lemaréchal, Kim Manto, Geoffroy Nicolaï, Samuel Nicolle, Fanny Noël, Ninon Parlouer, Alexandre Paysan, Bérenger Pelc, Julien Peraldi, Lisa Piazzoli, Claire Pontié, Capucine Raoul, Yann Roussel, Fanny Terno, Lola Verstrepen, Jun Zheng Zhao.



Download Press Release - English (PDF 1.6 MB)
Download Press Release - French (PDF 1.6 MB)
Galerie Marian Goodman
79 Rue Du Temple
75003 Paris

Telephone 33-1-48-04 7052
Fax 33-1-40-27-8137

Tuesday - Saturday, 11 am – 7pm

Detail Image